Notre chemin : la lutte ! Le nouveau chemin d’E. Macron ne l’est qu’en apparence. Déclinée par J. Castex, cette politique habillée du vocable de la modernité rappelle furieusement l’ancien monde, sa violence antisociale et son inefficacité. La construction du rapport de force dans le monde du travail et dans la rue est donc pour Solidaires le chemin tracé. Ni nouveau ni ancien, comme toujours juste indispensable.
com_17_septembre-1.pdf
Document Adobe Acrobat 86.3 KB

Rendez-vous salarial du 24 juillet 2020 : pipeau, clarinette et flûte à bec

20200724_cr_rdv_salarial (1).pdf
Document Adobe Acrobat 169.6 KB

Plusieurs centaines de millions de masques en vente dans les grandes surfaces... Des masques gratuits, pour tou-te-s ‼️Nos vies valent plus que leurs profits ‼️

De : Syndicat Sud VILLE <syndicat.sud@saint-quentin.fr> 
Envoyé : samedi 18 avril 2020 14:01
À : Madame la directrice générale adjointe de la ville de Saint-Quentin .

Objet : Prime soit versée aux agents qui continuent de travailler sur le terrain et en télétravail.


Bonjour Madame la directrice générale adjointe .

Suite a l'ordonnance 2020-430 du 15 avril 2020, le syndicat SUD vous confirme par mail qu'il est contre le retrait de RTT ou de jours de congés annuels.

De plus, notre syndicat vous a également interpellé il y a environ deux semaines pour qu'une prime soit versée aux agents qui continuent de travailler sur le terrain et en télétravail.

Cordialement.

Laurent PIPART

Secrétaire du syndicat S. U. D .

--------------------------------------------------------------------------

De : Madame la directrice générale adjointe de la ville de Saint-Quentin .
Envoyé le :lundi 20 avril 2020 15:53
À : Syndicat Sud VILLE; 
Cc : 
Objet : Prime soit versée aux agents qui continuent de travailler sur le terrain et en télétravail.


Bonjour,

Je vous informe qu’en ce qui concerne les congés et RTT, il a été décidé de ne pas faire application de l’ordonnance 2020-430 du 15 avril 2020. Toutefois, les autorisations spéciales d’absence ne générant pas de récupération de temps de travail, les agents placés en ASA se verront déduire des journées de RTT au prorata de la durée d’absence.

 

En ce qui concerne la prime, la question de la valorisation de l’engagement de nos agents va effectivement se poser, nous l’avons bien en tête mais cela va demander de passer le temps de la crise avant de le préciser opérationnellement.

 

Ce sujet important ne pourra donc être traité qu’à l’issue de la crise, et ceci de manière constructive et concertée notamment avec l’ensemble des partenaires sociaux.


Cordialement,

Madame la directrice générale adjointe de la ville de Saint-Quentin .

Le capitalovirus à l’assaut de nos congés ! Tout à son obsession de faire primer la vie économique sur la santé et le bien être des travailleurs et travailleuses, le gouvernement entend profiter de la mise en place de l’état d’urgence sanitaire pour abattre définitivement ces 35 heures qu’il déteste tant. Ce sont donc nos congés, jours de RTT et autres CET qui vont faire les frais de la lutte contre le coronavirus. Le gouvernement a décidé que les employeurs pourraient imposer à leurs salarié-es la prise de 6 jours de congés (confinés) sans avoir à respecter de délai de prévenance qui est d’un mois avant la date prévue de départ en congés. Il faudra juste que pour cela il y ait, maigre concession, conclusion d’un accord collectif : au vu de la période et le chantage à la continuation de l’activité, on peut craindre qu’il ne va pas être très difficile à obtenir. Pour les jours RTT et ceux portés aux crédits des comptes épargne temps (CET), il n’y aura même pas besoin d’accord, l’employeur pourra imposer sans délai la prise de 6 jours (au maximum) sur ces contingents. D’ailleurs le même article dispose que le gouvernement pourra modifier les règles d’acquisition des congés. Avec l’allongement possible de la durée hebdomadaire du temps de travail à 48h et à 13h par jour, soit les limites permises par les directives communautaires, la possibilité de déroger au temps de repos hebdomadaire et au travail dominical, on peut dire que c’est open bar pour le patronat ! Durées allongées de temps de travail certes limitées à des secteurs « utiles à la sécurité de la nation » et « à la continuité de la vie économique et sociale » : le caractère volontairement flou de ces expressions laisse surtout présager que c’est toute l’économie qui est potentiellement concernée ! Certes, ce sont des mesures exceptionnelles au regard d’une situation exceptionnelle. Sauf qu’il n’est pas sur que ces mesures seront levées une fois le virus vaincu tant la tentation est grande chez nos dirigeant·es de remettre en cause la réglementation sur le temps de travail. En effet, le texte définitif dispose que celles-ci s’appliqueront tant qu’il faudra « faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire ». Le risque est grand de voir des politiques d’austérité s’appliquer et les exigences qui vont avec. Et d’exiger des travailleurs et travailleuses qu’ils et elles se retroussent les manches dès la crise sanitaire finie... Une chose est certaine, l’union syndicale Solidaires n’entend certainement pas laisser faire un gouvernement dont la logique est par nature antisociale. Solidaires appelle les salarié-es à faire usage de leurs droits, et notamment de grève, pour empêcher ces régressions inadmissibles sur le dos d’une crise sanitaire et bientôt économique dont ils et elles souffrent comme le reste de la population et dont ils et elles ne sont pas plus responsables. Elle appelle tous les syndicats à refuser de signer un quelconque accord dérogatoire au Code du travail. Aucune prétendue union nationale n’empêchera nos luttes légitimes de s’exprimer, d’imposer une meilleure répartition des richesses et un temps de travail fortement diminué. Virus ou pas, construisons le rapport de force !
24 03 2020 communiqué.pdf
Document Adobe Acrobat 428.9 KB
cq_conges_def.pdf
Document Adobe Acrobat 229.1 KB

49.3 Un véritable déni de démocratie

2020-02-29_com_49_3.pdf
Document Adobe Acrobat 97.6 KB

Les cherminots sont en gréve depuis plus de 30 jours ils sont le fer de lance de notre combat contre cette réforme Soyons SOLIDAIRE! Alimentons les caisses de gréves!

clic sous l image caisse de grève

manifestation le  5 décembre a Saint Quentin

2019-10-17_retraites_pas_de_plan_b_5_dec
Document Adobe Acrobat 407.5 KB
2019-10-03_declaration_du_cn_5_decembre_
Document Adobe Acrobat 398.1 KB

Non à la privatisation d’Aéroports de Paris !

En grève et dans la rue le 24 septembre : Rassemblons nos luttes !

2019-09-24_tract_retraite_et_strategie.p
Document Adobe Acrobat 75.9 KB

Pour l’avenir de la Fonction publique et de ses agent-es

cp_ff_17_mai.pdf
Document Adobe Acrobat 573.5 KB
manifestation le 19 mars 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 3.5 MB
rvb-solidaires-89.pdf
Document Adobe Acrobat 8.2 MB

Fonction publique : Préavis de grève janvier 2019

pre_avis_janvier_2019.pdf
Document Adobe Acrobat 371.0 KB

Communiqué du 9 janvier 2019 "Manifester en masse pour faire céder le gouvernement"

com_appel_acte_9.pdf
Document Adobe Acrobat 247.4 KB

Les mobilisations de ces dernières semaines renforcent la pertinence de notre engagement dans un syndicalisme de transformation sociale disponible pour toutes celles et tous ceux qui se battent pour changer ce système.Face à l’accaparement des richesses, aux attaques gouvernementales et patronales visant nos droits et nos protections sociales et face aux enjeux écologiques et internationaux, nous vous souhaitons une année 2019 combative, résolue et enthousiaste, une année de progrès et de victoires dans nos luttes.

 

  • SOLIDAIRES avec les salariés et privés d’emploi.
  • UNITAIRES , nous considérons qu’il faut toujours favoriser l’unité avec les salariés et les autres organisations syndicales lorsqu’elle est possible.
  • DEMOCRATIQUES dans l’organisation syndicale en respectant les choix et orientations de chacun mais aussi dans les luttes qui doivent être « maîtrisées » par celui qui est le premier acteur: le personnel. Un syndicat est un outil au service des travailleurs.
  • SUD n’est pas une boutique syndicale soignant sa clientèle

  • On ne vous obligera jamais à prendre une carte, ni avant de vous défendre, ni après. Nous préférons vous convaincre par notre action plutôt que vous cotisiez pour services rendus.
  •  SUD développe son action en fonction des seuls intérêts du monde du travail, quel que soit le pouvoir en place. Pour nous, faire du syndicalisme est un choix et non un plan de carrière, ni une profession. A ce titre, nous refusons de bénéficier d’avantages particuliers liés à notre activité syndicale.
  • La défense des salariés ne s’arrête pas une fois franchie la porte. C’est pourquoi nous participons aux mobilisations pour défendre les travailleurs du secteur privé, les chômeurs, les sans-droits, pour l’égalité homme-femme, contre le racisme et la xénophobie. C’est aussi pourquoi nous appartenons à l’Union Syndicale Solidaires qui, avec ses 90 000 adhérents, regroupe les syndicats de tous les secteurs professionnels.

L’Union syndicale Solidaires, constituée à partir de dix syndicats autonomes, non-confédérés, regroupe actuellement 45 fédérations ou syndicats nationaux. Elle est présente dans la quasi totalité des départements à travers des structures interprofessionnelles locales

Cette union interprofessionnelle, met en œuvre un fonctionnement original basé sur la recherche constante de ce qui unit plutôt que de ce qui divise

Solidaires entend mettre en œuvre un syndicalisme de contre-pouvoir qui lie défense quotidienne des salariés et transformation de la société. Un syndicalisme de lutte pour la construction de réels rapports de forces pour contrer les politiques libérales. Un syndicalisme de lutte pour la mise en œuvre de projets alternatifs favorables aux salariés, chômeurs, précaires, pauvres…

La fédération SUD CT regroupe des fonctionnaires territoriaux et des personnels non titulaires, les uns et les autres appartenant aux différentes filières (administrative, technique, sociale, culturelle, animation, sportive) dela Territorialeet travaillant dans les diverses collectivités territoriales (communes, départements, régions, intercommunalités, établissements publics locaux, CCAS, OPDHLM).

La fédération SUD Collectivités Territoriales est issue de la rencontre et de la volonté de militants syndicaux en rupture avec certaines pratiques syndicales de « cogestion » ou exclus de leur syndicat pour avoir soutenu des luttes visant à soutenir et à développer un syndicalisme d’action fondé sur l’expression et la mobilisation des salariés.

Plus nous serons nombreux et organisés, meilleure sera la défense des salariés.

SUD s’est construit autour des 3 lettres :

Le syndicalisme en 11 dates

histoire_du_mouvement_ouvrier-2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB