La rentrée sociale est marquée par l’accumulation de nombreux mouvements et une multitude de dates de mobilisation. La colère sociale loin de s’éteindre, s’amplifie face aux attaques du gouvernement sur l’assurance chômage, la fonction publique, les services publics, etc. dans un contexte répressif et autoritaire. Depuis des mois, le gouvernement balade les organisations syndicales dans des discussions sans fin autour de nouvelles attaques sur les retraites et recule sans cesse le lancement de cette réforme par crainte qu’elle catalyse la colère sociale. Combattons la réforme du système par points ! La réforme des retraites du président Macron repose sur l’instauration de points qui ouvriront des droits à une pension. Ses déclarations sur le non recul de l’âge de départ, son prétendu abandon d’un « âge pivot » ne bernent personne : l’essentiel est que si cette réforme passe, chacun-e saura combien il/elle paye aujourd’hui, mais pas combien il/elle recevra à son départ en retraite. Concrètement, pour garder à un niveau constant les dépenses publiques de versement des retraites, la seule variable d’ajustement sera la valeur du point quand on y partira : c’est mathématique, le point ne pourra qu’être dévalué et donc sa valeur en terme de pension diminuée. Le point, en d’autre terme, sera une monnaie de singe. Une réforme encore plus inégalitaire... où tout le monde perdra... sauf les systèmes privés de complémentaires retraites ! Derrière la communication du gouvernement qui prétend que le système de retraite à point serait plus « égalitaire », il faut donc comprendre que « l’égalité » se fera à la façon d’un nivellement par le bas de la retraite de la majeure partie de la population. Dans d’autres pays, des réformes de ce type ont été mises en place, chaque fois par des gouvernements qui menaient une politique de casse sociale. A la clé, ce qui s’annonce, c’est une paupérisation généralisée des retraité-es. Ceux qui pourront la financer souscriront une retraite complémentaire privée et les inégalités à la retraite s’accroîtront encore. Solidaires a des propositions pour de meilleures retraites ! Pour tous les salarié-es : l’amélioration du système de retraites actuel, pour la garantie d’une retraite décente avec un niveau de remplacement du revenu antérieur à 75%, et une retraite minimum au SMIC. la retraite à 60 ans, et la prise en compte des spécificités des métiers pour un départ plus tôt compte tenu des pénibilités. une réforme du financement du système de retraites sur la base d’une meilleure répartition capital/travail. Unifions nos luttes La stratégie du gouvernement est claire, nous diviser, nous opposer pour poursuivre la destruction de la protection sociale et notamment des retraites. Face à cela, le mouvement social a une lourde responsabilité et doit construire une stratégie cohérente qui s’appuie sur le bilan de nos échecs passés. Depuis l’élection de Macron, Solidaires appelle à l’unité la plus large sur une ligne combative et claire. Une seule journée de grève isolée ne suffira pas. Mettons-nous en grève dès le 24 septembre, non seulement pour faire reculer ce gouvernement sur la réforme des retraites, mais aussi pour mettre un coup d’arrêt à ses politiques anti-sociales et construire à la base l’unité nécessaire. Rassemblons nos luttes, c’est urgent.

En grève et dans la rue le 24 septembre : Rassemblons nos luttes !

2019-09-24_tract_retraite_et_strategie.p
Document Adobe Acrobat 75.9 KB

Pour l’avenir de la Fonction publique et de ses agent-es

cp_ff_17_mai.pdf
Document Adobe Acrobat 573.5 KB
manifestation le 19 mars 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 3.5 MB
rvb-solidaires-89.pdf
Document Adobe Acrobat 8.2 MB

Fonction publique : Préavis de grève janvier 2019

pre_avis_janvier_2019.pdf
Document Adobe Acrobat 371.0 KB

Communiqué du 9 janvier 2019 "Manifester en masse pour faire céder le gouvernement"

com_appel_acte_9.pdf
Document Adobe Acrobat 247.4 KB

Les mobilisations de ces dernières semaines renforcent la pertinence de notre engagement dans un syndicalisme de transformation sociale disponible pour toutes celles et tous ceux qui se battent pour changer ce système.Face à l’accaparement des richesses, aux attaques gouvernementales et patronales visant nos droits et nos protections sociales et face aux enjeux écologiques et internationaux, nous vous souhaitons une année 2019 combative, résolue et enthousiaste, une année de progrès et de victoires dans nos luttes.

 

  • SOLIDAIRES avec les salariés et privés d’emploi.
  • UNITAIRES , nous considérons qu’il faut toujours favoriser l’unité avec les salariés et les autres organisations syndicales lorsqu’elle est possible.
  • DEMOCRATIQUES dans l’organisation syndicale en respectant les choix et orientations de chacun mais aussi dans les luttes qui doivent être « maîtrisées » par celui qui est le premier acteur: le personnel. Un syndicat est un outil au service des travailleurs.
  • SUD n’est pas une boutique syndicale soignant sa clientèle

  • On ne vous obligera jamais à prendre une carte, ni avant de vous défendre, ni après. Nous préférons vous convaincre par notre action plutôt que vous cotisiez pour services rendus.
  •  SUD développe son action en fonction des seuls intérêts du monde du travail, quel que soit le pouvoir en place. Pour nous, faire du syndicalisme est un choix et non un plan de carrière, ni une profession. A ce titre, nous refusons de bénéficier d’avantages particuliers liés à notre activité syndicale.
  • La défense des salariés ne s’arrête pas une fois franchie la porte. C’est pourquoi nous participons aux mobilisations pour défendre les travailleurs du secteur privé, les chômeurs, les sans-droits, pour l’égalité homme-femme, contre le racisme et la xénophobie. C’est aussi pourquoi nous appartenons à l’Union Syndicale Solidaires qui, avec ses 90 000 adhérents, regroupe les syndicats de tous les secteurs professionnels.

L’Union syndicale Solidaires, constituée à partir de dix syndicats autonomes, non-confédérés, regroupe actuellement 45 fédérations ou syndicats nationaux. Elle est présente dans la quasi totalité des départements à travers des structures interprofessionnelles locales

Cette union interprofessionnelle, met en œuvre un fonctionnement original basé sur la recherche constante de ce qui unit plutôt que de ce qui divise

Solidaires entend mettre en œuvre un syndicalisme de contre-pouvoir qui lie défense quotidienne des salariés et transformation de la société. Un syndicalisme de lutte pour la construction de réels rapports de forces pour contrer les politiques libérales. Un syndicalisme de lutte pour la mise en œuvre de projets alternatifs favorables aux salariés, chômeurs, précaires, pauvres…

La fédération SUD CT regroupe des fonctionnaires territoriaux et des personnels non titulaires, les uns et les autres appartenant aux différentes filières (administrative, technique, sociale, culturelle, animation, sportive) dela Territorialeet travaillant dans les diverses collectivités territoriales (communes, départements, régions, intercommunalités, établissements publics locaux, CCAS, OPDHLM).

La fédération SUD Collectivités Territoriales est issue de la rencontre et de la volonté de militants syndicaux en rupture avec certaines pratiques syndicales de « cogestion » ou exclus de leur syndicat pour avoir soutenu des luttes visant à soutenir et à développer un syndicalisme d’action fondé sur l’expression et la mobilisation des salariés.

Plus nous serons nombreux et organisés, meilleure sera la défense des salariés.

SUD s’est construit autour des 3 lettres :

Le syndicalisme en 11 dates

histoire_du_mouvement_ouvrier-2.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB